Programme à préciser par les artistes

Quand Didier Laloy et moi-même avons imaginé jouer en duo, la question du répertoire est apparue rapidement comme secondaire. La question n’étant pas « quoi jouer », mais plutôt « avec qui je joue».

Le texte à jouer ne sera que prétexte. La vraie partition sera dans le cœur. Nous serons nous-mêmes la partition. Et de fait, nous n’userons pas beaucoup de papier musique pour ce projet (c’est plus écologique). Les notes s’inscrivent dans l’âme avec l’encre de l’instant présent et les émotions qui passent par là.

Une musique qui se joue d’oreille et non avec les yeux sur un papier musique.

Musique sans papier.

Nous est apparue l’image d’un orchestre de cirque improbable, perdu, sillonnant les routes à la recherche du reste de la troupe, jouant en chemin les souvenir des pays traversés lors de nombreux voyages, peut-être des voyages rêvés ou fantasmés. Et d’ailleurs, les valses sont tout à coup bien peu viennoises, les tangos ont un étrange accent irlandais, les bourrées prennent des allures brésiliennes…

Les quelques mélodies qui nous sont venues l’un et l’autre pour nourrir ce projet sont comme les fruits d’un folklore imaginaire, les chansons sans paroles de pays lointains dont nous vous chantons les hymnes, les souffrances et les joies.


Le concert se donne à 20 heures dans la Basilique du Val-Dieu